Rousseau mis à l’honneur dans le Ouest-France

Barrières et garde-corps. Rousseau veut miser sur l’international

Installée à Lanrodec, la société est présente au Salon Intertraffic d’Amsterdam cette semaine. Une première pour ces spécialistes de dispositifs de retenue routiers et piétons.

Le voyage l’a menée à plus de 900 kilomètres de là. Direction Amsterdam, aux Pays-Bas, pour l’entreprise Rousseau, implantée à Lanrodec. Depuis mardi, elle participe au Salon Intertraffic, qui se déroule jusqu’à vendredi. LE rendez-vous de leur branche, organisé tous les deux ans.

Depuis plus de quarante ans, l’entreprise costarmoricaine est spécialisée dans la fabrication de constructions métalliques et d’équipements routiers. Et plus particulièrement dans les produits dédiés aux aménagements routiers et à la sécurité des usagers. Exemples : les garde-corps et barrières pour les ouvrages d’art : ponts, viaducs, passerelles… Elle conçoit, fabrique et pose des dispositifs de retenue routiers et piétons.

Rousseau souhaite se développer à l’étranger, d’où le voyage à Amsterdam. « Intertraffic est le plus grand rassemblement de professionnels de la circulation et de la mobilité dans le monde », note Ludovic Corvol, directeur général.

Miser sur la stratégie

Pour l’instant, l’international représente, selon l’année, entre 5 % et 20 % du chiffre d’affaires. «Le portefeuille est à stabiliser. » Il existe des missions précédentes, que ce soit « au Maroc, au Cameroun, au Congo ou encore en Guinée, en Pologne, en Croatie et en ex-Yougoslavie », énumère le directeur général, en poste depuis mars 2017. « Mais on veut une véritable stratégie », pose l’ex-cadre dans l’automobile déjà chargé de l’international. En France, on peut admirer des ponts de Rousseau à Brest ou encore en Normandie. « Il y a plus de 500 kilomètres de barrières et garde-corps ! »

« On veut mettre en avant notre savoir-faire et se faire connaître des donneurs d’ordres pour passer directement par eux. Chez Rousseau, l’acier, on le débite, on le pointe, on le soude, puis on le traite. Cette dernière étape s’effectue à Hanvec, dans le Finistère. Tout se passe en Bretagne à partir du moment où on reçoit l’acier », souligne Ludovic Corvol. Il ajoute : « Pour l’acier et la galvanisation, là, on subit les cours mondiaux. »

Le chiffre d’affaires de Rousseau évolue depuis dix ans, entre 5 et 7 millions d’euros par an. Avant à Plélo, l’entreprise est basée depuis 1999 à Lanrodec et compte une quarantaine d’employés.

Par an, elle utilise environ 2 000 tonnes d’acier. L’entreprise Rousseau est aujourd’hui reconnue comme un des fabricants leader dans l’équipement des ouvrages d’art en France… «Parmi nos clients, nous avons les groupes Bouygues, NGE Notre légitimité est forte sur le marché. Nos barrières sont aux normes européennes, on peut distribuer partout. On peut vendre partout. » Un nouveau chapitre est désormais à écrire.

 

lien vers l’article : https://www.ouest-france.fr/bretagne/cotes-d-armor/barrieres-et-garde-corps-rousseau-veut-miser-sur-l-international-5635334